Bénéfice du doute

Subir, jamais. Questionner, toujours.

Archives du tag “Municipales”

Municipales et remaniement : la fin du socialisme ?

Il était assez prévisible que les Municipales soient synonymes d’une claque monstrueuse pour la gauche. Quoique. Cela aurait pu être pire, notamment avec un vote massif pour les partis d’extrême gauche. Et quant aux votes pour le FN, pas de quoi s’exciter, pas de quoi en parler autant que les médias ont pu le faire. Certes, l’extrême droite a progressé, mais quand on sait le nombre de villes qui restent communistes depuis les années’50, les journalistes n’ont cherché qu’à faire mousser une pseudo-angoisse brune auprès de la population.

 

Ceci étant, que faire après cet échec (qu’il s’agisse de vote pro-UMP ou d’abstention) ? Pour les soviétiques, c’est le signe que le gouvernement n’est pas suffisamment allé à gauche (pourtant, on ne peut pas dire qu’il y ait eu un vote soudain pour le front de gauche). Pour la droite, c’est le signe qu’on rejette la gauche, et j’aurais tendance à dire qu’ils n’ont pas tort concernant ceux qui ont voté Hollande pour se débarrasser de Sarkozy (ils méritent bien un con, ceux-là!) et qui rejouent le même acte au niveau local vis-à-vis de Hollande. Mais je crois qu’une logique de balancier, de bipolarité ne suffit pas, bien que le bipartisme y invite. Intrinsèquement, le Français est un râleur professionnel, et le Français contemporain, en prime, change d’avis et d’idéologie dès qu’un petit quelque chose lui déplaît, ce qui m’incite à penser qu’il vote n’importe où, et ce, non pas par bipolarité, mais par pur volonté d’emmerder les politiciens. Et c’est pour cette raison que la politique devient à la fois de plus en plus et de moins en moins complexe : parce que les idées sont évacuées au profit d’un « ce que je veux pour moi, maintenant » et parce que l’on ne va plus se positionner que sur des caprices à court terme. Il ne faut donc pas s’étonner de l’importante abstention… qui est d’autant plus inquiétante qu’elle concerne surtout les jeunes électeurs.

 

Et puis, au niveau des personnages, il y a de quoi s’inquiéter. Hollande vient de remballer Ayrault comme il a remballé Trierweiler. Tout comme il avait déjà choisi Gayet, il avait déjà choisi Valls et disait à Ayrault qu’il allait le rappeler en faisant semblant de rien… heureusement qu’Ayrault a donc bénéficié des fuites orchestrées du côté de Valls, pour qu’il puisse aussi faire fuiter de son côté (je tiens ces infos du débat de ce matin sur Lci). En gros, si Hollande avait pu avoir deux 1er ministres en même temps, comme il a eu deux femmes en même temps, il l’aurait fait : histoire de ne brusquer personne, tout en manquant cruellement de respect et d’empathie.

 

Quant à la politique, on peut voir en Valls un bouclier intéressant pour protéger le président… mais il traîne tout de même de salles casseroles : LMPT, Antifa, Clément vs Estéban, Nantes, Antifas, l’Anna Gate, Dieudonné, etc au cours desquelles il était tout de même légitime de s’interroger sur les suites de la démocratie. Mais ce qu’Hollande semble avoir zappé, c’est que Valls pourrait très franchement lui voler la vedette, tout comme Valls va lui faire perdre les EELV (bon vent à Duflot, soit dit en passant) et la gauche de la gauche. Donc, ce n’est pas une solution si paisible. SAUF si Hollande, mollasson machiavélique, a prévu de griller Valls en 1ere ligne pour qu’il ne puisse pas se présenter aux prochaines présidentielles (surtout qu’il y a fort à parier que les prochaines élections seront à peu près toutes défavorables au gouvernement).

 

Au niveau des commentaire, quand Garrido parle de putsch démocratique à l’idée de l’arrivée de Valls, on voit bien que l’extrême gauche a encore tout compris à la démocratie (et ce sont les mêmes qui vont soutenir les Ukrainiens néo-nazis). Mais quand Mélenchon y voit le plus grand commun diviseur de la gauche, hormis l’absurdité mathématique, je trouve son propos très juste (ce qui m’arrange, ça va diviser les staliniens). Du côté de l’UMP, en effet, un changement de personne ne signifie pas un changement de politique, mais dire cela est tout de même assez creux. Puis, EELV qui ne dit rien si ce n’est des bribes de chantages. Et enfin, le FN n’a pas tort en parlant d’UMPS pour résumer Valls ; mais personnellement, c’est justement cela que j’appréciais chez lui, jusqu’à ce qu’il la joue au petit excité avec la LMPT & Co. En effet, jusqu’alors, j’aimais beaucoup le fond comme la forme de ses propos, tout comme je me méfiais aussi de sa position « cul entre deux chaises », ce qui peut le rendre fragile et donc hypocrite… mais disons qu’il m’apparaissait compétent, intelligent et prometteur.

 

Désormais, je suis un peu plus réservée, je ne sais plus si je dois l’apprécier ou pas. Car, de ce qu’il dit, il est plaisant, mais l’ordre sous Valls m’est apparu particulièrement problématique (ce qui a d’ailleurs aussi fragilisé l’image de la police et la symbolique de l’autorité policière et ce, pas seulement de façon stéréotype dans les banlieues, mais aussi auprès des bourgeois catho). Donc, au final, je suis sceptique, surtout que je l’ai en travers de la gorge quand je pense à quel point on a traité Sarkozy de nazi en raison de sa fermeté (qui n’a jamais dérapé) et à quel point on doit considérer sans méfiance Valls sous prétexte qu’il est socialiste.

 

Enfin, la sociale démocratie (d’ailleurs, on attend toujours le contenu du pacte de responsabilité qui a été lexicalement pondu il y a 3mois) qui caractérise Valls et le nouveau Hollande, c’est peut-être la fin d’un socialisme qui ne comprend pas les besoins économiques et sociétaux d’aujourd’hui, quand bien même ceux-ci peuvent être satisfaits en faisant preuve de solidarité (mais il n’y a pas que les socialistes pures qui peuvent être solidaires!!!). Et j’y vois une intelligente synthèse… tout en étant un peu dubitative : pourquoi se sent-on obligé d’ajouter le mot « démocratie » ? Car souvent, ça sent l’entourloupe (cfr la RDA).

Publicités

Navigation des articles