Bénéfice du doute

Subir, jamais. Questionner, toujours.

Archives mensuelles de “décembre, 2013”

La quenelle… de la boucherie à la politique

Quelle folie furieuse, cette quenelle ! Elle m’oblige à mettre de côté un article où je souhaitais défendre les mères portant le voile lors de sorties scolaires. Je succombe à l’obligation de la masse : m’interroger sur ce qu’est la quenelle.

On va commencer par ce qu’on voit, puis on analysera. De ce que je peux lire, la quenelle de Dieudonné est à mettre en lien avec une affiche électorale d’une liste se voulant antisioniste. Et de nos jours, le mouvement est repris un peu partout (et souvent devant des bâtiments liés aux cultes juifs ou des lieux de commémoration relatifs à la Shoah) ; mais est justifié comme étant « anti-système ».

Ceci étant dit, on peut commencer à analyser. Le geste initial se veut politique et antisioniste, assurément. Mais connaissant Dieudonné et son humour, on ne peut pas nier trop longtemps qu’il y a une tendance antisémite sous-jacente. Et l’antisémitisme étant interdit, l’humour antisémite aussi, on a fait le tour d’une certaine manière. Mais, et c’est là que ça devient particulièrement intéressant, le geste a par la suite été repris par l’humoriste sous une forme « anti-système » (or, aux yeux des antisionistes, qui ont une vision un peu complotiste et holistique du système, être « anti-système », c’est être anti-sionisme). Donc, ce n’est pas l’antisystème que pourrait dénoncer un type de gauche, de droite, voire même d’extrême gauche ou d’extrême droite, mais un antisystème particulièrement défini comme lié au « monopole des Juifs » (et là, je repondrai que ce n’est pas de la faute des Juifs si, effectivement, ils réussissent mieux que la moyenne. Et ce, parce qu’ils ont une éducation telle qu’ils aboutissent à des postes à responsabilité : si les gens veulent décider, ils ont qu’à étudier pour bien se placer ensuite, plutôt que de crier aux Juifs dominants).

Ensuite, il est important de souligner que beaucoup de clichés circulent, en particulier devant des lieux liés au Judaïsme… Or, si le mouvement était strictement antisystème (version anti-Hollande), alors on aurait des photos devant des institutions politiques, mais ce n’est pas le cas. J’aurais tendance à comprendre que ces clichés sont faits pour faire plaisir à Dieudonné, comme signe « nous aussi, on emmerde les Juifs ». Et à ce niveau-là, c’est plutôt inquiétant qu’un humoriste parviennent à rendre les gens soit aussi cons (au sens où ils suivent un mouvement sans en comprendre la portée), soit aussi méchants (en ne respectant pas les autres), ou les deux au final.

Et, quand bien même la quenelle serait-elle véritablement « antisystème » (version anti-Hollande), le problème est qu’elle est lancée par un individu que l’on sait antisioniste, et dont l’humour tourne autour d’un certain antisémitisme (il est d’ailleurs intéressant de voir à quel point il est soutenu par des Musulmans), de sorte que le geste, par « contagion« , finira par avoir une signification antisioniste et/ou antisémite. Bien entendu, la contagion n’est pas obligatoire (on n’ira jamais dire à un végétarien qu’Hitler l’était aussi, sic).

Mais, pour en revenir à l’humour, à proprement parler, aussi horrible puis-je paraître, j’ai l’impression qu’on devient de fameux coincés du cul. Qui oserait encore dire comme Coluche que « le racisme, c’est comme les Noirs, ça devrait pas exister », ou « ce qui est bizarre avec les homosexuels, c’est qu’ils se reproduisent pas mais sont de plus en plus nombreux » ; ou encore les fameuses « saloooope! » de Guy Bedos… C’est plutôt Timsit (« les mongoliens, c’est comme les crevettes, faut enlever la tête ») qui ne m’avait pas fait rire… à chacun sa corde sensible en la matière.

De même, je suis d’accord avec Dieudonné (http://www.youtube.com/watch?v=USLpqsYfwSY) quand il dit que le crime contre l’humanité n’existe que pour les Juifs. On ne peut pas nier ici qu’il y a une forme de monopole de la souffrance, qui me dérange vraiment (même au sein des Juifs d’ailleurs : les déportés refusent de reconnaître la souffrance des enfants cachés, ou bien chacun fait pour le souvenir de « son » convoi, et les autres, on s’en fout)… mais encore une fois, Dieudonné ne dénonce pas ce monopole pour faire avancer l’Histoire ou la reconnaissance de certains massacres, mais simplement pour rire des Juifs (ce qui, dès lors, n’est pas productif et franchement cruel).

 

Publicités

L’intégration : entre Homme abstrait et homme hyperconcret

Ayant découvert Twitter, et enfin plus ou moin compris son fonctionnement, j’ai pas mal utilisé cet outil dernièrement pour communiquer très (trop!) brièvement des (semblants de) réflexions/piques sarcastiques, mais aussi pour découvrir d’autres personnes m’invitant à découvrir d’autres sources d’informations… passionnant ! Mais le plus surprenant, dernièrement, fut une lettre de l’UNI m’avertissant de la dimension arabo-orientale de la France. Là, j’avoue, j’ai très sérieusement buggué. UNI que ce blog (http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/02/05/quest-ce-que-luni/) traite d’ailleurs d’association d’extrême-droite. Et j’ai envie de dire : tant pis.

Déjà que Valeurs Actuelles m’a dernièrement appris qu’on n’enseignait plus certaines matières en classe sous peine de tensions inter-communautaires (à lire absolument !!! http://www.valeursactuelles.com/histoire-notre-m%C3%A9moire-massacr%C3%A9e20131204.html), je découvre de nouvelles informations ahurissantes :

  • Réécriture des programmes scolaires (beh oui, faudrait pas que le gamin immigré se sente exclu de l’histoire de France… mais bon, s’il connaissait un tantinet l’Histoire, il saurait qu’il y a eu un truc appelé Carthage ou Avérroès dans sa région, par exemple… mais non, le seul gars qui l’intéresse, c’est celui qui a découpé des Croisés) ; et réattribution rétrospective des places au Panthéon, parce on en a ma claque de ces mâles blancs et hétéro… reste plus que souhaiter à Taubira d’être lesbienne et sa place est réservée (je plaisante à peine)
  • Valorisation de l’arabe à l’école… le problème n’est pas d’apprendre l’arabe, mais bien d’apprendre l’arabe pour les raisons que l’on soupçonne (à savoir parce que les Arabes n’apprennent pas le français, ou le parle mal, et parce que les gouvernements n’ont jamais suffisamment respecté les étrangers que pour leur faire apprendre le français : on préfère les laisser dans leur langue, dans l’isolement, dans le ghetto et puis seulement s’offusquer du constat, quel qu’il soit). D’autant plus que, s’il s’agit vraiment d’apprendre une langue étrangère, apprenons le chinois ou le russe, car économiquement, c’est morne plaine au Moyen-Orient. Ou bien peut-être veut-on faire des Français une élite linguistique pour la libération des otages ? à creuser !
  • Autorisation du voile islamique… là, c’est encore bien la seule chose qui ne m’énerve pas. Le hijab ne m’a jamais posé de problème, et l’idée selon laquelle les femmes portant le voile sont soumises est une idée digne de l’argument selon lequel toutes les prostituées sont abusées sexuellement par leurs clients, à savoir une infantilisation de la femme.

Sachant cela, il y a donc, depuis 1789 environ, le camp de l’Homme abstrait (ab-tractere : tirer de) rejoignant l’Idée platonicienne : un formalisme juridique dont ont accouché des Lumières (toutes allaitées au Droit Romain et à son Pater Familias). Mais depuis toujours, il y a eu l’homme/la femme du concret, « du quotidien dans le quotidien » avec un passé, un présent, une histoire, une éducation, une culture, une langue : non pas un Homme abstrait de quelque chose, mais un homme ancré dans quelque chose. Et nous sommes tiraillés, de façon schizophrénique et totalement incohérente (ce n’est donc pas le tiraillement du névrosé qui se demande s’il peut ou pas transgresser la Loi, c’est au contraire le délire plein tube de celui qui « fera même s’il sait que quand même, et je m’en fous qu’on me prenne en flag ») :

  • à la fois l’Homme abstrait est promu : lisez la Convention Européenne des Droits de l’Homme, considérez le libre échange et la libre circulation où l’Homme n’est qu’un outil interchangeable (d’où toute l’importance que les Hommes soient égaux, et ce, afin de pouvoir les remplacer facilement), rappelez vous du Mariage pour Tous (le droit de l’Homme asbtrait de sa nature biologique liée aux gamètes, son droit d’avoir un enfant, comme il veut, complètement abstrait des limites biologiques), …
  • et à la fois l’Homme hyperconcret : mais qui n’est autorisé que pour l’immigré qui est le seul à qui l’on donne encore le droit d’être ancré dans une réalité affective, religieuse, historique, etc… Il y a là une tolérance au concret vis-à-vis des étrangers qui me fait lourdement penser à une forme de pitié « quand tu seras grand, on t’initiera à l’abstrait », un peu comme l’on fait avec un enfant quand on lui apprend à parler.

Et suivez mon regard… la gauche promeut ces deux aspects en même temps, ce qui la rend complètement délirante (au sens psychologique du terme). Alors que, sans vouloir faire ma modérée, il y a un juste milieu particulièrement intéressant qui mérite d’être encouragé : il s’agirait d’avoir à l’esprit l’Idée, tout en ne niant pas la réalité de l’Histoire concrète. Par exemple, on peut tout à faire faire valoir l’Idée du Citoyen, tout en reconnaissant à celui-ci son inscription dans une tradition culturelle, historique, linguistique etc (quelle qu’elle soit d’ailleurs). Et pour la France, il s’agit de reconnaître au Citoyen français une Histoire française qui n’a pas à être déformée sous prétexte que de nouveaux Citoyens français refusent la concrétude du Français « de souche ». Ainsi, si de nouveaux Citoyens français vivent si mal l’Histoire française, alors ils n’avaient pas à devenir français ; et quand aux Citoyens français « de souche » qui sont d’accord avec ces manipulations, c’est parce qu’il ne souffre pas de l’incohérence psychotique de la gauche, dans la mesure où eux-mêmes ne disposent plus d’une colonne vertébrale permettant un minimum de cohérence… or, étant une bonne névrosée, moi, je refuse ces manipulations !

Pour terminer, il est amusant de voir que la concrétude de la franc-maçonnerie ou de la laïcité, ça, ça ne pose aucun problème… celles-ci se disant au-dessus de la mêlée religieuse (beurk beurk beurk)…. tout en étant, pourtant, aussi dogmatiques, qu’une religion faite d’intolérance… Il suffit d’ailleurs de voir les caricatures de Charlie Hebdo pour voir le degré de politesse de ces excités lorsqu’ils parlent des trois religions monothéistes : franchement honteux ! et d’un niveau « pipi caca » digne d’un enfant de 4ans en plein stade anal.

http://www.uni.asso.fr/spip.php?article10992

Navigation des articles