Bénéfice du doute

Subir, jamais. Questionner, toujours.

Prostitution : la grande hypocrisie

Impossible de passer à côté de ce sujet ! Pas seulement parce que Causeur en parle, mais parce qu’il nous confronte encore une fois à un déni de la réalité (à savoir ces femmes qui ont choisi de s’adonner à la prostitution, quand bien même il y a celles qui n’ont pas choisi) et à une question psycho-anthropologique passionnante.

Concernant le déni, les féministes et les abolitionnistes semblent, en fait, être animés d’une profonde pitié pour les femmes (pitié qui est loin d’être un synonyme d’égalité ou de respect) qu’ils s’amusent à infantiliser car la « femelle qui se prostitue » est forcément issue d’une force sociale horrible qui l’a poussée à aller dans la rue faire des pipes. J’aimerais ici rappeler qu’on est en pleine séance de déresponsabilisation qui fait encore une fois la part belle au déterminisme social (j’attends donc le débat sur le gène de la prostitution 😀 ) ; mais il est tout de même étrange qu’on ne s’offusque que de certains déterminismes sociaux… car quand on vit dans une famille d’avocats ou de médecins, on est également quelques peu obligés de donner raison à Bourdieu et à sa reproduction sociale (mais bon, ce sont de méchants bourgeois, ça leur apprendra!)… n’essayer pas de dire à vos parents juges à la cour de cassation que vous voulez être maçon, la porcelaine risque de voler.

D’ailleurs, en termes d’environnement (plutôt que déterminisme, car je n’utilise ce terme qu’à des fins de moqueries), le témoignage de cette ancienne prostituée lors de l’émission Complément d’Enquête (face à un journaliste franchement énervant) était assez révélateur : elle a eu le sentiment, une fois sa première fois accomplie en tant que prostituée, qu’elle avait fait ça toute sa vie. En effet, elle avait, notamment, connu des abus sexuels. Et c’est là toute la complexité du métier de prostituée, comme de tous les métiers d’ailleurs : ça vient d’une envie, d’une expérience, ou d’un traumatisme, bien plus que d’une formation. Dès lors, plutôt que d’emmerder les putes (parce qu’en pénalisant le client, on emmerde indubitablement la pute), on ferait mieux de véritablement s’intéresser aux histoires de vie qui fragilisent les gens. Car, je ne dirai que rarement le contraire, la prostituée est souvent une femme dont le passé a été affectivement trouble (même si c’est le lot de beaucoup de personnes). De même, si on ne veut plus que des étudiants face des études sans avenir (archéologie, philosophie, anthropologie), il faut vite se dépêcher de mettre le feu aux musées, aux bibliothèques et d’interdire l’émission « bienvenue en terre inconnue » qui doit sûrement susciter quelques vocations !

Et puis, ces féministes nous ont emmerdé dans les années’60 avec leur droit à l’avortement (c’est + fun d’ailleurs de rappeler le combat pour l’avortement que celui pour la pilule…sic), la liberté du corps avec lequel elles font ce qu’elles veulent ; mais ça s’arrête là ! En effet, être libre de proposer son corps en échange de quelques billets, c’est trop ! C’est rabaissant ! Je soupçonne déjà une interdiction de certaines pratiques sexuelles un peu trop salissante pour la femme : finis la sodomie et le doggy-style ! Et c’est là que l’hypocrisie est la plus totale, et d’autant plus surprenante : les féministes refusent de voir en toute relation affective ou sexuelle un indubitable rapport de force (alors qu’elles ont l’habitude post-communiste de voir du complot partout)… rapport de force qui n’attend pas l’argent pour advenir. Une prostituée de Suède le soulignait d’ailleurs très justement (et oui, désormais, je me fais même voler mes analyses par des putes scandinaves!) : quand un homme paye du champagne et un resto à une gonzesse, c’est une façon pour lui de payer son autorisation à coucher avec elle dans la soirée (le date rape est d’ailleurs très fréquent). Ce n’est pas plus compliqué que ça ! C’est du donnant-donnant, un commerce on ne peut plus basique issu du troc préhistorique. Ainsi, j’ai beau ne pas être adepte des théories selon lesquelles les hommes abusent des femmes, tel un méchant patron abuserait de son ouvrier, je ne peux que constater ces rapports de force qui vont dans les deux sens ! Je vous invite ici à lire « Qui a peur de Virginia Wolf », et vous verrez ce qu’est un putain de rapport de force !

Finalement, ce qui me semble davantage primordial, c’est de mettre un terme au trafic d’êtres humains, plutôt que de faire des débats politiquement corrects où l’on infantilise la femme prostituée, un peu comme « le petit sauvage des montagnes du Congo » auquel on estimait devoir apprendre à lire et à écrire il y a cent cinquante ans. Laissons les gens vivre leur vie : elles ne font rien de mal (et elles font encore moins quelques chose de mal si elles rendent obligatoire le préservatif). Mais c’est vrai que s’attaquer aux organisations criminelles, c’est compliqué, et ça fait trop à droite, donc le gouvernement a préféré opter pour un truc humano-bobo aussi creux qu’un utérus. Sans oublier le fait que, comme le dit Zemmour, on ne va sanctionner que l’ouvrier qui va voir les putes, mais pas le grand patron, pas les grands hôtels parisiens où les escorts louent la moitié des chambres. Et last but nos least, on crie à l’homme violeur de femme (car oui, en Suède, le client est un déviant, un délinquant sexuel devant suivre une thérapie, pendant que la prostituée a droit à un suivi psychologique spécial victime!), mais on semble oublier que de plus en plus de femmes vont également voir des hommes qui se prostituent. Ah mais, suis-je bête ! Elles leur apportent de l’amour, telle une mère ! … incestueuse.

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :