Bénéfice du doute

Subir, jamais. Questionner, toujours.

Jusqu’où peut aller l’exigence de neutralité?

En France, les questions de laïcité, d’idéal républicain et de neutralité sont récurrentes ; certes, avec l’accent de Pinocchio, mais disons que les français ont le mérite d’en parler. Il faut également avouer qu’au-delà de leur pédantisme, ce sont des orateurs très intéressants à écouter, leur syntaxe étant généralement correctes, leur costume bien agencé, et leur mépris de l’adversaire toujours finement exprimé, sauf quand Mélenchon tombe dans le « capitaine de pédalo » qui, bien que faisant rire, n’en demeure pas moins « pas très fin ».

En Belgique, on est plutôt mou, plutôt bonne pâte… on comprend donc aisément pourquoi les Français se moquent des petits Belges : rien n’a l’air de percuter dans leur cerveau englué par la culture du compromis à tout prix. Quoique, peut-être voyons-nous un espoir se profiler en les Flamands… nous, wallons fainéants et profiteurs selon la caricature à la mode (on vient du sud du pays, il faut bien le dire, ce qui est un argument météorologique assez fracassant…mais ne dit-on pas également qu’il y a une part de vérité dans les stéréotypes!), nous, descendants d’ouvriers, devrions prendre de la graine de ces fermiers qui portent désormais costume, grosse lunette de geek, ipad au bras. Car, ils n’ont pas chômé intellectuellement parlant.

Mais il y a un Hic, les seuls partis qui soulèvent certaines questions (typiquement françaises) sont en fait des partis à orientation flamingante, ce qui en fait de méchants énurgumènes dont tout argument doit, de facto, être jeté à la poubelle… et c’est bien dommage. En l’occurence, la question de la neutralité dans les administrations…

Il y a un petit temps, la NVA avait interdit les t-shirt pro-homo pour ses fonctionnaires… personnellement, je dois avouer que je ne vois pas le but de présenter sur son t-shirt son orientation sexuelle : à moins d’avoir un narcissisme d’exhibition important, de vouloir faire des appels à de potentiels partenaires, franchement, cela ne regarde personne. Et cela ne regarde personne, non pas au sens où cela serait honteux, mais simplement au sens où la sexualité des individus est du registre du privé (bien que notre société soit hypersexualisée et pornographiquement envahissante) : point barre. http://www.dhnet.be/infos/belgique/article/423343/pas-de-t-shirt-homo-a-anvers.html

Et dernièrement, se pose la question des signes ostentatoires, de nature religieuse, politique ou philosophique… il s’agit d’également se montrer neutre en la matière. Et je suis tout à fait d’accord, mais je me demande sur quelle pente glissante nous risquons de nous retrouver une fois que ces exigences de neutralité seront perverties par certains bien-pensants. http://www.lesoir.be/250169/article/actualite/fil-info/fil-info-belgique/2013-05-27/n-va-veut-des-fonctionnaires-neutres-au-guichet

En effet, on pourrait aisément plaisanter pour la question des boucles d’oreilles provenant d’Oxfam de la dame du guichet, le thé faire-Trade qui traîne à côté de sa main droite, et ses dreadlocks qui accompagnent gaiement ses mouvements de tête… parce qu’en soit, bien que l’habit ne fasse pas le moine, il y a une probabilité importante qu’elle soit une bonne bobo/écolo/gaucho… dès lors, est-elle encore neutre? Et c’est là qu’on comprend mieux le sens de l’uniforme : ça simplifie la situation ! Mais ça fait disparaître les singularités, il paraît ! Beurk beurk beurk ! ….comme si la singularité des gens n’était qu’une question de vêtements, la bonne blague matérialiste !

Mais moi, ce qui m’inquiète, c’est le jour où la neutralité sera telle qu’on ne pourra plus afficher un visage sexué : tout le monde se devra d’être androgyne, comme dans les magasins de mode. Les femmes sans formes, et les hommes sans poils. Il faut dire que les pays scandinaves, pour ce qui est de pente glissante, ils glissent bien, et pourraient nous faire glisser avec eux : bientôt le pipi assi pour ces messieurs, et les pronoms personnels neutres (les gens ne respectent même plus l’autorité de la nature qui nous a fait homme ou femme : désormais, je veux tout choisir, et vas-y que je m’auto-féconde, que je m’auto-éduque, et vas-y que je ne fasse pas le deuil oedipien de cet autre sexe que je ne serai jamais…snirf, pas de zizi)… j’attends donc le jour où je rencontrerai peut-être un guichetier/guichetière dont je ne serai plus capable de définir le sexe, le sexe impliquant le sommet de la non-neutralité, le sexe coupant littéralement le monde en deux genres. Avoir un sexe, c’est être non-neutre, c’est pas poli, parce que ce n’est pas du compromis. http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/26/01003-20130426ARTFIG00685-les-suedois-bientot-forces-d-uriner-assis.php et http://www.sos-transphobie.org/blog/lire-article-705129-9571615-la_suede_adopte_le_pronom_neutre___hen___sans_dist.html

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :